Accueil
La définition de la sexualité
troubles1bis
Les variantes comportementales
sexologue








essaiscritiquesplan
livresauteurplan
On a parlé de nous
Livre du Mois - Sommaire
Liste des Lettres du mois
Idées reçues

 Sexodoc    Site de documentation et de réflexion sur la sexualité

Les autres articles de


SENSUELLE

(Extraits de l’article de Mélanie Courtois)


Les nombreuses positions peuvent apporter de la diversité dans sa sexualité.

Et parfois des fous rires mémorables si les partenaires terminent par terre !

  

  1. Il existe de nombreuses positions. Il serait bête de s’en priver.

Vrai. « Elles apportent du jeu, des variantes, affirme d’emblée YF, médecin sexologue. Mais, plus profondément, elles peuvent faire naître des émotions, des excitations très différentes, car les imaginaires et les fantasmes liés à chacune des positions peuvent être très forts. C’est pourquoi certaines personnes refusent énergiquement telle ou telle position. » Un avis que partage la sexologue Sabrina Bauwens : « beaucoup de couples ont une sexualité routinière, répétitive. Dès qu’ils trouvent une caresse ou une position qui fonctionnent et apportent du plaisir à l’autre, ils la font et refont jusqu’à l’appauvrir. Le réflexe est naturel : si ça fonctionne, nous continuons sur notre lancée. Les nombreuses positions peuvent donc apporter de la diversité, de la nouveauté dans sa sexualité. Et parfois des fous rires mémorables si elle est trop difficile à réaliser et que les partenaires terminent par terre ! »

Mais attention, cela ne signifie pas qu’il faille multiplier les positions pour vivre une sexualité épanouie. « Ce n’est pas le nombre qui compte, rassure Jean-Claude Piquard, sexologue. Les femmes ressentent plus de plaisir dans certaines positions, les hommes pourront en apprécier d’autres car elles leur permettront d’exprimer leur virilité… À chaque couple de jouer pour trouver celles qui conviennent aux deux partenaires. »

Enfin, varier les positions permet aussi de changer les rôles : « Lorsque la femme est dessus, comme une cavalière, elle est active, elle mène la danse », explique Jean-Claude Piquard. « Elle peut montrer à l’homme ce qu’elle aime : la vitesse, la profondeur, les variations, les baisers… L’inversion des rôles est souvent une composante riche pour la vie psychique du couple. »

Soyez tours à tour dominante et dominée, active et passive. Bref, variez avant tout les plaisirs !

  

  1. Pour avoir une vie sexuelle épanouie, il est indispensable de varier les positions.

Faux. Nous venons de le voir, cela peut apporter du piment, de l’excitation. Mais ce n’est en rien une obligation. « Comme toujours en sexualité, il n’existe aucune règle applicable à tous, insiste YF. Les uns ont besoin de renouveau pour continuer à s’amuser, d’autres sont rassurés de répéter des gestes et des situations bien connues et maîtrisées… Et peuvent en jouir aussi fort que ceux qui varient. »

Et changer de position ne suffit pas à briser la monotonie : « cela aide à éloigner la routine sexuelle mais il faut aussi se surprendre dans la vie quotidienne, par exemple avec un mot d’amour dans la journée, un cadeau inattendu, une sortie surprise… » conseille Jean-Claude Piquard.

Reste qu’alterner les positions peut être un bon moyen de faire durer le rapport (si vous en avez envie, bien sûr) : « a chaque changement, comme vous bougez-vous encore, la pression et l’excitation diminue un petit peu pour repartir de plus belle », explique Sabrina Bauwens. « Les sensations au niveau des cinq sens changent. Vous ne voyez pas l’autre sous le même angle, vous pouvez le toucher à des endroits du corps différents, changer les caresses ». Enfin, cela peut permettre d’éviter certaines tensions ou fatigues musculaires, de se reposer si l’autre reprend les commandes.

  

  1. La position du missionnaire, c’est pour les vieux.

Faux.  « Au fil du temps, nous lui avons collé une étiquette négative, comme si elle était obsolète et moins efficace que d’autres positions. Bref, elle ne serait plus à la mode », se lamente Sabrina Bauwens. « Or la sexualité est avant toute une histoire personnelle. Elle n’a rien à faire de la mode. Chaque couple doit trouver ce qui lui convient. La position du missionnaire et très satisfaisante pour beaucoup de personnes. Elle permet de s’embrasser, de se regarder, de se caresser. » Les nombreuses variantes (au bord du lit, en remontant ses jambes…) Peuvent aussi offrir différent plaisir. « Avec un peu d’imagination, nous pouvons faire des merveilles avec la plus ‘classique’ des positions », affirme la sexologue. Tout dépend aussi de ce que vous recherchez à ce moment-là : plonger vos yeux dans les siens, vous sentir très proches l’un de l’autre, vous embrasser. « Si pour toutes ces raisons le missionnaire reste fréquent, et certains couples craignent cette posture fusionnelle et préfèrent des positions où les visages sont plus distants. Il n’y a pas de règle », rappelle Jean-Claude Piquard. Elle reste toutefois très appréciée, quoi que son étiquette « à la papa » en dise. « Beaucoup de femmes m’ont dit qu’elles y trouvaient leur compte : elles se sentent bien ‘enveloppées’, elles apprécient le contact corporel important et de sentir, dans une certaine limite, le poids de leur partenaire », raconte YF. « Elles ont leurs ‘marques’ dans cette position et sont donc plus sûres d’elles et de leur jouissance. Quant aux hommes, ils peuvent être plus à l’aise que confrontés à à une femme qui les domine et mène le jeu. »

Donc, ne culpabilisez plus si vous êtes adeptes du missionnaire. Et profitez.

  

  1. Le sexe, ce n’est que du sport en chambre, inutile de s’échauffer.

Faux. « Il existe des positions très sportives qui demandent un peu d’entraînement, comme la brouette », précise Jean-Claude Piquard. « Mais il a peu d’adeptes et, en général, ils pratiquent régulièrement un ou plusieurs sports ! » Reste que certaines positions sollicitent les muscles, le dos : « si vous n’avez pas l’habitude de faire des exercices physiques, vous pouvez avoir des crampes ou ressentir des douleurs », explique Sabrina Bauwens. « Il n’y a qu’à feuilleter le Kama-sutra pour se rendre compte que certaines positions sont dignes d’un contorsionniste ou des pires positions de yoga. » Si vous voulez en tenter une acrobatique ou sportive, servez-vous des préliminaires comme échauffement. Ne vous lancez pas de but en blanc dans des mouvements inhabituels. Faites du sport, c’est bon pour tout : le moral, le poids, la santé… Comme le sexe, ne vous privez pas de ses bienfaits.

  

  1. Je n’aime pas les mêmes positions que mon partenaire. Ça ne peut pas marcher entre nous.

Faux. « Si vous aimez la  plage et lui la montagne, allez-vous le quitter ? », interroge YF. Peut-être pouvez-vous alterner, et même explorer la campagne, la ville… » Rassurez-vous, vous n’êtes pas la seule dans ce cas, c’est même une situation fréquente selon Jean-Claude Piquard. « Le partenaire idéal n’existe pas. Comme dans la vie quotidienne, chacun doit faire de petits compromis. Vous ailez moyennement une position ? Vous pouvez accepter de la pratiquer de temps en temps par amour, pour faire plaisir à l’autre. Par contre, si une position vous rebute, par exemple parce que vous la trouvez dégradante, vous devez la refuser. Vous forcer dans ce cas serait mauvais pour votre santé psychique et plus généralement pour l’avenir du couple. »

N’hésitez pas à en parler avec votre partenaire. « La communication est importante », insiste Sabrina Bauwens. « Et demandez-vous : pourquoi n’aimez-vous pas cette position ? Est-elle source de douleur, d’inconfort ? Vous met-elle mam à l’aise par rapport à des complexes corporels ? » Discutez-en, vous changerez peut-être votre regard sur cette position ou vous trouverez ensemble une autre manière de l’aborder. « Vous pouvez aussi relire le Kâmasütra pour découvrir de nouvelles positions qui vous tentent tous les deux », propose la sexologue.

  

  1. Varier les positions au cours d’un même rapport, c’est important.

Faux. « C’est d’ailleurs un vrai casse-tête », explique YF. « Beaucoup de femmes se plaignent que leur amant veuille varier les positions alors que, pour elles, ces changements intempestifs cassent leur progression intime vers le décollage nécessaire à la jouissance. » Comment faire alors si nous ne sommes pas sur la même longueur d’onde ? « Parlez-en avec votre partenaire », conseille Jean-Claude Piquard. Essayez de trouver le rythme qui conviendra le mieux aux deux. Ce sera probablement au prix de quelques compromis mais qui vous permettront de découvrir une meilleure harmonie. » Autre possibilité, suggérée par Sabrina Bauwens : « Proposez-lui de varier plutôt les vitesses et la force de pénétration, cela peut, de temps en temps, vous satisfaire tous les deux. »