Médecins et variantes comportementales
Les pervers
Perversions ou particularités sexuelles ?
Les critères de la perversion
Les variantes comportementales
Accueil
La définition de la sexualité
troubles1bis
Les variantes comportementales
sexologue








essaiscritiquesplan
livresauteurplan
News
Livre du Mois - Sommaire
Liste des Lettres du mois

Est-ce que je suis pervers(e) ?



Un pervers est quelqu'un qui ne prend absolument pas l'autre en considération dans le choix de ses comportements. Un individu adapté se développe depuis sa naissance en gérant ses émotions tout en tenant compte de ses relations avec des personnes différentes, qui pensent différemment, ressentent les choses différemment, ont des buts différents. Les humains sont des êtres sociaux qui doivent intégrer le monde des autres dans la construction de leur propre monde personnel. Le pervers, lui, a un trouble de la personnalité qui l'amène à pouvoir accéder au plaisir sans la moindre attention pour l'autre, pour ce que l'autre ressent ou désire.

Ainsi, on n'est pas pervers parce que l'on a des idées " bizarres " en pensant à ce qui pourrait être excitant ou donner du plaisir, comme faire l'amour à plusieurs, attacher son partenaire ou se faire attacher, se faire fouetter etc. : toutes ces idées peuvent surgir dans l'esprit, on peut imaginer comment les réaliser, on peut tenter d'entraîner un partenaire à les mettre en pratique sans que cela soit un signe de perversion, mais si, et seulement si, dans la mise en œuvre, on respecte la liberté de l'autre.

Notamment, on n'est pas pervers parce que l'on propose un tel scénario sexuel, ni même quand on insiste un peu pour tenter de convaincre un partenaire réticent. En effet, qui n'a pas insisté pour entraîner un ami ou un conjoint au cinéma, à une randonnée en montagne, à une sortie en mer, à un week-end à la plage : malgré les premiers refus, n'a-t-on pas le droit de revenir à la charge ? Et même, n'a-t-on vraiment pas le droit de se demander si cet homme m'aime vraiment comme il le dit, alors qu'il ne veut jamais venir marcher avec moi malgré mes propositions répétées, et bien qu'il sache que c'est ma détente préférée ? Est-ce que cette femme est bien la compagne qu'il me faut, elle qui refuse systématiquement de partager ma passion pour la moto ?

C'est pourquoi une femme n'a pas affaire à un pervers simplement parce que son compagnon lui demande une pénétration anale, et ne se contente pas d'un premier refus. Un homme n'est pas confronté à une compagne perverse quand elle se fâche parce qu'il refuse de faire l'amour en pleine nature alors qu'elle lui dit et lui répète qu'elle en rêve.

Mais une femme est perverse quand elle ne se soucie pas du plaisir de son compagnon, ne cherche pas à le satisfaire, ne touche jamais son corps, sape son désir avec de petites remarques comme " encore ! ", " c'est bientôt fini ? ", " oui, mais vite fait ! ". En refusant la sexualité, en tournant en dérision le désir, on dégrade la personnalité du conjoint, on sape sa virilité, on le détruit. De même sont pervers les hommes qui imposent des activités qui déstabilisent leur partenaire, l'amènent à ne plus croire en ses capacités, à perdre le goût de son plaisir : " il veut tout faire à sa manière ! ", " quand je lui confie ce qui marcherait, il fait autre chose ! ".

En résumé, le pervers est quelqu'un dont les comportements manifestent clairement qu'il n'a rien à faire de ce que peut vivre et ressentir l'autre : que l'autre ne soit pas dans le plaisir lui est totalement indifférent. Parfois, il refuse à l'autre ce qu'il sait bien que l'autre aime ; parfois, il lui impose ce qu'il sait qu'il n'aime pas ; parfois il fait semblant de vouloir le bien de l'autre, mais en fait s'arrange pour tout saboter. Ou encore il ne respecte pas la loi, qui, il en est convaincu, ne le concerne pas. Il ne prête aucune attention à la souffrance morale ou physique que son attitude est susceptible de causer à l'autre.

Mais on n'est pas pervers quand, entre adultes capables de donner leur consentement en toute connaissance de cause (ce qui exclut notamment les déficients mentaux), on veut simplement jouer avec la sexualité, on désire un jeu sexuel différent de la pénétration vaginale en position du missionnaire avec son conjoint légitime. (Dr Yves Ferroul, Consulter un sexologue, Fleurus, 2007, p.86-88)


Yves Ferroul

Haut de la page

    Sexodoc      Site de documentation et de réflexion sur la sexualité